Quand il est question de parler anglais, il est rare de parler de plaisir. En général, on nous explique qu’il est important, voire primordial de parler anglais pour notre carrière car il s’agit de la langue des affaires et qu’il faut bien avouer que tout le monde parle anglais.

Il ne viendrait à l’idée de personne d’omettre de noter « langues parlées: français, anglais » sur son CV .

Ma meilleure amie qui vit en Allemagne, travaille pour une grosse entreprise. La langue officielle de cette société allemande est l’anglais et on demande aux employés d’échanger dans cette langue.

business woman by Sam Ford

C’est la même chose en France. Les sociétés qui ont une activité à l’étranger, demandent aux personnes qu’elles emploient de communiquer en anglais.

Il est donc très important pour qui veut connaitre une progression au sein de ce genre d’entreprises d’avoir une certaine maitrise de l’anglais.

Loin de moi l’idée de nier tout cela.

Mais pourquoi ne parle-t-on jamais du plaisir de parler anglais?

 

A la rencontre de l’autre

Je ne sais pas si vous vous souvenez mais au lendemain des attentats de Charlie Hebdo, le secrétaire d’état John Kerry a exprimé en français son soutien au peuple français.

Lorsque Barak Obama a annoncé le rapprochement entre les USA et Cuba, il a ponctué son intervention d’un “Todos somos Americanos”.

Parler la langue de l’autre, c’est faire un pas vers lui et sa culture et lui montrer que l’on essaie de le comprendre.

Young people chatting by Chris Ford

Young people chatting by Chris Ford

Je dois bien avouer que croiser des touristes étrangers qui n’ont même pas pris la peine d’apprendre à dire “bonjour”, “au revoir”, “pardon”…m’exaspère au plus haut point.

Il me semble tout à fait normal lorsque je voyage d’apprendre quelques mots dans la langue du pays et même si je prononce mal. Approcher quelqu’un en lui parlant sa langue simplement et ensuite passer à l’anglais en demandant “ do you speak English” m’a été souvent très utile.

Tout le monde parle anglais

Même si l’on peut le regretter, c’est un état de fait; tout le monde parle anglais.

Où que vous alliez, tout du moins dans les grandes villes, vous trouverez quelqu’un prêt à vous aider en parlant anglais.

Maitriser la langue de Shakespeare vous ouvre donc des horizons infinis.

Comme je l’ai écrit un peu plus haut,  je n’imagine pas aller dans un pays étranger sans apprendre quelques mots et cela m’a permis d’aborder les gens très simplement.

Jamais je n’ai eu à faire face à une réaction agressive. Bien au contraire!

Je suis allée à Budapest il y a quelques années ( j’ai un peu tendance à raconter ma vie…sorry 😉 ). Nous étions dans un supermarché et ne savions pas si le produit que nous voulions acheter était du beurre ou pas. J’ai approché une dame en lui disant bonjour en hongrois. Elle n’a pas répondu mais est restée me regarder curieuse (bon, mon hongrois étant ce qu’il est, il est fort probable qu’elle n’avait pas compris ce que j’avais dit mais qu’elle avait perçu que ça ressemblait à du hongrois). Quand je me suis excusée et que je lui ai demandé si elle parlait anglais, elle m’a fait signe d’attendre et est allée chercher sa petite fille à qui j’ai pu demander  “Is this butter?” . Nous avons ensuite discuté un peu.

Ben oui mais moi, mon anglais…

Il ne faut pas avoir peur de faire des erreurs si vous voyagez dans un pays anglophone car les personnes auxquelles vous vous adressez vous sont reconnaissantes de l’effort que vous faîtes pour parler leur langue.

Comme tout le monde ou presque parle anglais, il est vrai que les anglophones ne voient pas l’intérêt d’apprendre d’autres langues.

L’année dernière, j’étais au parc avec mes enfants (je raconte ma vie, bis…) et j’avais acheté une baguette. Mon petit garçon m’a demandé un morceau et j’ai vu tous les petits le regarder avec envie. Il n’y avait pas grand monde alors j’ai demandé aux mamans présentes si je pouvais donner un bout de pain à leurs enfants. L’une d’elle a mimé sa réponse. J’ai demandé “do you speak English?” et bingo, elle était américaine. Elle et son mari venaient de passer 2 ans en France et elle ne parlait pas français! Forcément, j’étais contente de trouver quelqu’un pour parler anglais ( il s’agit pour moi d’un vrai plaisir) et elle était ravie d’enfin trouver quelqu’un pour parler un peu car elle souffrait énormément de solitude du fait de la paresse qu’elle avait eu d’apprendre un peu de français, mais je n’ai pas pu m’empêcher de me désoler devant son manque de curiosité.

Tout ça pour dire, que les anglophones sont très souvent admiratifs des efforts fournis par ceux dont ce n’est pas la langue maternelle et que si vous leur demandez de parler moins vite, ou encore si vous leur dites “I’m sorry but I don’t understand”, ils prendront la peine de répéter plus doucement ou de reformuler leur phrase.

Nous sommes bien d’accord qu’il y a des abrutis partout et qu’il peut arriver que vous tombiez sur une personne peu sympathique .

Cela ne doit pas vous décourager à parler anglais, quelque soit votre niveau! Si vous décidez que parler anglais est pour vous quelque chose d’agréable et non une corvée, alors chercher à vous  améliorer ne sera plus pour vous une galère, mais c’est avec plaisir que vous essaierez de progresser.

N’hésitez pas à poster vos anecdotes si vous en avez. Plus il y en aura, plus il sera évident que parler anglais peut être un réel plaisir!